Dans le cadre du cycle ID’BA et à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, l’Institut français de Tunisie et le Lab'ess - Accélérateur d'innovation sociale invitent quatre intervenant.e.s - et passionné.e.s de vélos - à discuter de l’avenir de ce mode de transport écologique en Tunisie.

Institut français de Tunisie Institut français de Tunisie 20-22, avenue de Paris - BP 180 1080 Tunis Cedex, 1080 Tunis

urlz.fr/7EXH

Monday 17-09-2018 18:00

Signaler une erreur

 

  •  Célia Corneil est urbaniste et spécialisée des mobilités durables. Elle a co-fondé Kandeel à Tunis. Kandeel est un bureau d’études qui accompagne et réalise des projets d’urbanisme, de déplacements et d’énergies renouvelables. Célia est aussi co-fondatrice du Le Lemon Tour, service de visites à vélo de Carthage et ses alentours.

 

  •  Sociologue de formation, et fort de 18 ans d'expérience dans divers secteurs, Adel BEZNINE est à l’origine de nombreuses initiatives pour le vélo en Tunisie. Il est notamment fondateur de Doora, première entreprise de Vélo en Libre-Service du pays.

 

  • Moslem Karray, ingénieur civil de formation, est actuellement chef de service des études sectorielles de l'Agence d'Urbanisme du Grand Tunis (AUGT). Il est également chef du projet " Promotion de l'usage de déplacement doux dans le Grand Tunis : Passons ensemble à l'action ".

 

  •  Stéphanie Pouessel est docteure en anthropologie politique de l’EHESS Paris. Depuis 2010, elle vit en Tunisie où elle poursuit ses recherches en sciences sociales. En 2017, elle co-crée l'association Vélorution Tunisie. Dès lors, elle pilote le projet "Tunis, pour une ville qui pédale !".

 

  •  L'animation de ce débat sera assurée par Markus Breitweg. Passionné de sport et plus particulièrement du vélo, Markus s’engage dans le domaine de l'entrepreneuriat social en Tunisie. Il travaille également en tant que Chargé de Projet pour la promotion de l’emploi des jeunes pour la Coopération Allemande (GIZ).


Nous verrons que le vélo est avant tout un vecteur : un vecteur de savoir, car il rend l’accès au patrimoine plus aisé ; un vecteur de simplicité, car il facilite et fluidifie les déplacements urbains ; un vecteur d’avenir, car il contribue à la transition des villes vers des modèles plus durables. Alors, en selle ! 

Commentaires

blog comments powered by Disqus